La pêche du black-bass en hiver

Pêche par poisson Commentaires fermés sur La pêche du black-bass en hiver

Quoi de plus frustrant pour un pêcheur de black-bass qu’une partie de pêche hivernale sans la moindre touche ni le moindre signe d’activité alors que c’est sûr : les bass sont là !…

Ca fait partie de la culture de base du pêcheur de bass mais il est bon parfois de se remettre en tête certains faits qui conditionnent pour beaucoup les chances de succès ou d’insuccès d’une session lorsque les beaux jours sont déjà loin…

Deux facteurs sont déterminants dans le changement de comportement de notre poisson préférés lorsque l’hiver approche : le ralentissement de son métabolisme et ce que les scientifiques appellent l’Epilimnion. Si ce dernier peut influer directement sur le métabolisme du poisson, il est lui même directement lié aux conditions climatiques et atmosphériques rencontrées à cette période.

L’epilimnion est cette couche d’eau qui, en été, se voit devenir la strate la plus chaude de la colonne d’eau sous l’effet conjugué du rayonnement solaire et de la chaleur de l’air. Cette zone, à la belle saison, est comprise entre la surface et environ 1.60 mètres de profondeur. C’est dans cette zone que la plupart des plantes aquatiques vont se développer et que l’essentiel de la faune aquatique, et parmi elle notre cher Micropterus, va venir se fixer. Plus on descendra la colonne d’eau et plus celle ci sera fraîche puis absolument froide lorsque les profondeurs deviennent vraiment importantes…

Mais qu’en est il lorsqu’à l’automne, les températures deviennent plus fraîches, que la course du soleil dans le ciel s’écourte et que des vents froids viennent balayer la surface de l’eau ? L’Epilimnion, loin de disparaître va avoir tendance à « s’enfoncer » dans la colonne d’eau et la zone la plus froide de celle ci sera alors comprise entre la surface et une profondeur d’environ 3 à 3.5 mètres.

Le bass, soucieux de son confort thermique va suivre la « plongée » de l’Epilimnion et, au début de l’hiver va descendre en dessous de cette « frontière » séparant l’eau froide des eaux plus chaudes pour parfois se fixer à très grande profondeur.

A mesure que l’hiver avance, le taux d’oxygène dissous dans l’eau va avoir tendance à nettement diminuer dans les couches d’eau les plus profondes forçant alors monsieur Salmonidés à venir au plus près de la « zone de partage des eaux » et trouvera aux alentours de 3 à 3.5 mètres une zone relativement confortable pour attendre la saison des amours.

Directement concerné par les baisses de températures le métabolisme du bass va ralentir durant cette période et il faudra toute l’opiniâtreté du monde pour le faire mordre.

Pêcher le black bass en hiver est une véritable quète dont l’issue n’est pas certaine mais qui, lorsqu’elle est menée à bien valait la peine d’être entreprise. Garder à l’esprit que le bass se trouve dans une zone de confort thermique et se souvenir qu’il faudra le pêcher lentement voire très lentement restent des éléments déterminants quant aux chances de réussites que l’on pourra espérer.

Comment pêcher en rivière ?

Des fiches détaillées sur les techniques pour pêcher en rivière. Consultez également des dossiers par espèces de poissons.