Comment pêcher la truite au toc ?

Comment pêcher ?, Pêche par poisson Commentaires fermés sur Comment pêcher la truite au toc ?

La pêche de la truite au toc est une forme particulière de pêche au coup qui permet de présenter avec toute la discrétion voulue, une esche naturelle, comme si elle était entraînée par le courant. Dans cette technique, le bas de ligne n’est pas supporté par un flotteur et pour connaître la position de l’esche, les pêcheurs font appel à un ou plusieurs « indicateurs » enfilés sur la ligne qui permettent tout en contrôlant visuellement la progression de l’appât, de le faire évoluer juste au dessus du fond.



ligne_toc

Contrairement à ce que le nom de cette technique indique, il vaut mieux ne pas attendre de sentir le toc de la truite qui vient de saisir l’appât, pour ferrer. A la moindre sensation de tension, le poisson aura en effet recraché. Le ferrage pour être efficace doit intervenir à vue, dès qu’un arrêt, un tressaillement du fil, un petit écart latéral à son point d’entrée dans l’eau, indique qu’une truite vient de se saisir de l’appât. Dans cette pêche l’équilibrage ainsi que le choix de la plombée est très important et devra pouvoir rapidement être modifié en fonction de la vitesse du courant et de la profondeur du secteur. Les cannes à toc sont soit à anneaux surélevés, soit à fil intérieur, elles mesurent entre 3,50 m (pour la pêche en ruisseau) jusqu’à 6 m (pour la pêche en grande rivière).

Le moulinet qui en principe ne sert qu’à allonger ou raccourcir la bannière peut être très simple, à tambour tournant, mais de plus en plus de spécialistes préfèrent utiliser un petit tambour fixe. La ligne doit être la plus fine possible, afin que la pression du courant sur le fil ne gène pas la dérive de l’appât. Selon l’état des eaux, le corps de ligne sera en 12 à 16/100 ème et le bas de ligne en 10 à 12/100 ème. Certains spécialistes en eau très basse et claire n’hésitent pas à descendre jusqu’au 8/100 ème.

L’hameçon sera proportionné à l’esche utilisée. Là ou cet appât est autorisé, l’asticot demandera un n° 16 à 20. De même pour les larves d’insectes comme les petites bêtes (larves de grandes éphémères). Les porte-bois ou cherfaix (larves de trichoptères), de même que les teignes ou les vers de farine autoriseront des hameçons d’une taille supérieure, n° 12 à 14.

La pêche au ver dite « à rouler »

La pêche au ver dite « à rouler » est une pêche au toc un peu particulière en ce sens qu’elle est généralement pratiquée par eaux fortes et mâchées de début de saison. Le matériel employé peut être nettement plus fort et un corps de ligne en 18 à 22/100 ème conviendra parfaitement. Les meilleurs vers sont ceux dits de berge, de couleur rose violacée, qu’on trouve dans les sols meubles des cours d’eau. Plus fermes et remuants que les lombrics de prairie, ils nécessiteront soit un hameçon simple de grande taille n°6 à 8, soit une monture tandem type Stewart à deux hameçons n° 10.

La pêche au petit vif, même si elle peut se pratiquer avec un petit bouchon, est une autre forme de pêche au toc qui permet dans les rivières à grosses truites de présenter un vairon ou un petit goujon, accrochés par le nez à un grand simple ou à un petit triple.

Comment pêcher en rivière ?

Des fiches détaillées sur les techniques pour pêcher en rivière. Consultez également des dossiers par espèces de poissons.