Technique de pêche à l’anglaise

Techniques de pêche Commentaires fermés sur Technique de pêche à l’anglaise

On sait que la technique de pêche à l’anglaise ne peut se pratiquer qu’en eaux closes ou, au minimum, très lentes. En effet, en eaux courantes, le waggler (bouchon spécifique à cette technique), fixé à la ligne seulement par son extrémité inférieure, aurait tendance à s’enfoncer au moindre rappel.

Les Anglais, en présence d’eaux rapides, sont eux aussi contraints de fixer le flotteur aux deux extrémités et ils utilisent, à la place du waggler, un stick float, (to stick signifie justement « coller »).

En eaux closes, qui constituent le milieu idéal pour l’emploi du waggler, la pêche est plus difficile: les poissons sont beaucoup plus méfiants et soupçonneux, toujours prêts à découvrir la tromperie et à refuser l’appât. La réussite ou l’échec de la partie de pêche dépendent en grande partie de la qualité de la présentation de l’appât : c’est pourquoi on utilise des hameçons très petits et des lignes très souples et très fines, dont la chute dans l’eau doit se passer de la façon la plus naturelle possible. Cet impératif technique contraste avec l’exigence de pêcher les poissons loin du bord : en effet pour lancer loin, on a besoin de lests assez lourds.

Pendant la phase de lancer, il faut donc disposer d’une plombée suffisamment lourde et, durant l’action de pêche, d’une ligne très légère et aguichante. Il faut, pour cela, partager le lest total en deux: la partie « passive » composée de gros plombs du type chevrotine, et la partie « active », celle qui travaille dans l’eau, et qui peut n’être formée que de trois cendrées.

Il existe un rapport précis entre les deux parties: la plombée active ne doit pas dépasser 25% de la portance totale du waggler. Par exemple, si le waggler porte en tout 4 g, il ne faut pas que le poids du montage sur la ligne dépasse 1 g. Le gros de la plombée, c’est-à-dire le lest passif, sera positionné près du waggler. De cette façon, on peut pleinement utiliser les 4 g pour le lancer, tandis qu’en action de pêche, on peut compter sur une ligne à la structure très légère et donc sur une présentation correcte de l’appât. En effet, le lest passif n’est pas perçu par le poisson tant que la touche n’a pas eu lieu. Pour que les poissons ressentent moins la ligne, les Anglais utilisent des bas de ligne très longs (jusqu’à 1 m), et de diamètre fin.

Pour relier le bas de ligne au corps de ligne, beaucoup emploient un émerillon très petit – n° 0 ou n° 1-, pour éviter que le bas de ligne ne s’emmêle durant la récupération. C’est la solution la plus simple et la plus rapide à réaliser, mais certains préfèrent la « double boutonnière » qui, peut-être, assure une plus grande sécurité pour la tenue du bas de ligne.

Comment pêcher en rivière ?

Des fiches détaillées sur les techniques pour pêcher en rivière. Consultez également des dossiers par espèces de poissons.